top of page

Les 2 phrases que vous dites tous les jours et qui ne veulent rien dire

"ça va"

"c'était bien"


Quand vous faites un travail de développement personnel sur vous-même, que vous apprenez à vous écouter et à vous connecter à ce qui se vit en vous, “ça va” et “c’était bien” sont des phrases qu’il est intéressant de bannir de votre vocabulaire.


Evidemment, pas quand vous discutez avec votre collègue Viviane, qui ne vous pose la question que par politesse, on s’entend.


Mais quand vous faites ce travail d’introspection avec vous même et, aussi, quand vous êtes avec des proches qui s’intéressent vraiment à la réponse.



Alors, je vous entends d’ici :

“Qu’est-ce qu’il y a de mal à dire que “ça va” ou que ce que l’on a fait “c’était bien” ? Tout le monde le fait.”


Oui c’est vrai, tout le monde le fait. Est-ce que ça en fait une pratique intéressante ? Rien n’est moins sûr. Je m'explique.


En réalité, ce sont des phrases que l’on dit sans trop réfléchir quand on n’est pas vraiment conscient de ce qu’on ressent. On en a une vague impression et on s’en contente.

Ce sont des termes génériques, vagues et vident de sens concret.


Pensez-y un instant :

Quand vous demandez à quelqu’un dont vous voulez vraiment connaitre le ressentis “Comment ça va ?” et qu’il vous répond “ça va.” ou “bien.”, est-ce que vous en savez vraiment plus sur la réelle façon dont il se sent ?


Non.


Il y a des centaines de mots tellement plus concret que “bien” pour décrire une humeur, un ressentis, un moment vécu ou partagé.


Quand vous dites que “ça va” comment vous sentez vous vraiment ?


Est-ce que vous êtes joyeux.se ?

Heureux.se ?

Calme ?

Serein.e ?

Excité.e ?

Enthouisiaste ?

Fier.e ?

Confiant.e ?

Chanceux.se ?

Motivé.e ?

Neutre ?

Autre ?


Et quand vous avez fait une activité qui vous a plu, en quoi est-ce qu’elle était bien ?


Était-elle stimulante ?

Relaxante ?

Apaisante ?

Revigorante ?

Amusante ?

Fun ?

Drôle ?

Intéressante ?

Intelligente ?

Ressourçante ?

Autre ?


Ça fait partie du travail d’introspection d’affiner vos propos. De rendre vos ressentis, vos humeurs plus concrets à vos yeux. Ils font partie de votre intériorité.


Si vous êtes déjà dans cette démarche d’être plus à l’écoute de vous-même, de votre être intérieur, c’est un bon outil concret pour affiner votre écoute.


C’est la méthode la plus basique et peut-être la plus difficile à mettre en place :

Tous les matins, demandez-vous à vous même comment vous vous sentez aujourd’hui ?

Observez vous de l’intérieur et ne dites pas que “ça va”. Cherchez vraiment avec précision quels sont les ressentis que vous expérimentez.


C’est inconfortable au début parce que c’est inhabituel.

C’est une gymnastique de l’esprit. Plus on la pratique, plus elle devient facile.


C’est la difficulté avec notre conscience. Elle se pose plus facilement sur “FAIRE” que sur “ÊTRE” et c’est tout un apprentissage de mettre plus de conscience sur qui l’on est, ce que l’on ressent, à quoi ressemble nos humeurs, nos émotions, nos ressentis.


Quand on se contente d’un “ça va”, c’est comme si on acceptait d’évoluer dans un brouillard où on tient pour vérité ce qui n’est qu’une imprécise impression.


La question est si simple : Comment allez-vous ?




36 vues0 commentaire